Publié dans Actu, art contemporain, festival, International

Christian Etongo : Le Festival International D’art Performance Du Cameroun

Face au changement climatique dû à l’action dévastatrice de l’homme,la disparu des espaces verts et la pollution environnementale,la planète toute entière en particulier l’Afrique cours un grave danger 

En se posant la question de comment sensibiliser l’homme sur les risques écologique une science qui étudie l’homme dans son milieu ainsi que les relations et rapports qu’il entretien avec la nature . Mettons simplement nos actions quotidiennes au service de la protection et de la préservation de notre environnement. Le concept PERFORM’ACTION LIVE ART 3 découlant de cette réflexion sur l’écologie est une forme d’art peu connue de certain l’art PERFORMANCE mis sur pied par les anticonformistes qui ont décidé et choisis de rester libre sans se conformer aux normes préétabli. À l’international comme au CAMEROUN , c’est un mouvement qui prend de plus en plus de l’ampleur avec des jeunes étudiants passionnés  de l’art sous la conduite de l’artiste performeur CHRISTIAN ETONGO leader de cette forme d’art au CAMEROUN. Initiative du festival international d’art performance du Cameroun,dont la 3e édition portait sur le thème : ART et ECOLOGIE . Le promoteur de CHRISTIAN ETONGO souhaite mettre l’art performance au service de l’écologie et la lutte contre la pollution environnementale. Du 29 novembre au 6 décembre 2019 ,les artistes ont échangés et présentés des performances en vue de sensibiliser le public sur les risques écologique. La clôture de de cette autre édition a été marquée par la diversité des sites ayant accueillis les artistes performeurs et l’intérêt de plus en plus considérable du public venu assisté aux spectacles. C’EST donc dans une ambiance festive et un esprit libre que les participants se sont séparés ici à la chefferie d’AKAK 1 dans la joie et la volonté de contribuer au quotidien à la création des emplois verts à travers le recyclage des déchets . Rendez-vous est fixé pour la 4e édition par son promoteur CHRISTIAN ETONGO avec l’appui médiatique de la chaîne de télévision NETV leader du secteur de la web télévision en Afrique centrale qui apporte son soutien à de telles initiatives.

 

kennedy1Mbome En-J

 

Publié dans Actu, cinéma, International

Le Nomminé Aux Oscars Pour Jackie Brown : Robert Forster Décède à 78 ans

La mise en ligne de El camino : A Breaking Bad Movie sur Netflix sera donc la derniere apparition dans un film pour l’acteur Americain Robert Forster décédé vendredi dernier suite d’une tumeur au cerveau a révélé son publiciste .

La carrière de Robert Forster démarre de façon prometteuse, dans les années 60. Il fait ses débuts aux côté de Marlon Brando et Elizabeth Taylor dans le film de John Huston, Reflets dans un œil d’or (1967), puis donne la réplique à Gregory Peck et Eva Marie Saint dans L’Homme sauvage, de Robert Mulligan (1968), avant de décrocher le premier rôle de l’avant-gardiste Médium Cool (1969), où il incarne un caméraman tiraillé.

Apres Forster passe deux décennies compliquées en reléguant dans les films de serie A  sa rencontre avec Pam Grier qui sort aussi d’une traversée de desert forme un magnifique Duo dans Jackie Brown grâce à  Quentin Taranti qui relance leurs carrière. « Je l’ai croisé un jour dans coffee shop », se souvenait Forster dans un entretien accordé à Fandor en 2018. « A ce moment là, ma carrière était vraiment morte. On a papoté quelques minutes, et puis six mois plus tard il se pointe dans le même café avec un script dans les mains qu’il me donne. Quand je l’ai lu je ne pouvais pas imaginer qu’il m’avait en tête pour Max Cherry. Donc je lui ai demandé et il m’a répondu : ‘oui j’ai écrit Max Cherry pour toi.’ Et je lui ai dit : ‘je suis sûr qu’ils ne te laisseront pas m’embaucher’. Il a dit : ‘Je prends qui je veux’. C’est là que j’ai réalisé que j’avais le droit à une nouvelle chance ».téléchargement (1)

Son interprétation lui vaut carrément une nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Dès lors, tout s’enchaine pour Forster, qui joue pour Gus Van Sant (Psycho), les frères Farrelly (Fous d’Irène) ou encore David Lynch (Mulholland Drive). Les années 2010 seront encore plus prolifiques.

 

KENNEDY1Francois Mbome

 

Publié dans Actu, Afrique, Culture, International, Musique

Que Devient La Rumba Apres FRANCO LUAMBO

La concurrence des genres musicaux africain est une bataille de valorisation culturelle et traditionnelle sur la scène nationale et internationale. Mais qu’en t’il de la RUMBA Congolaise

La rumba danse du nombril née dans l’ancien royaume Kongo (Congo, RDC, Angola), la rumba avait été transportée de l’ Amériques par des esclaves kongolais avant de la « rapatrier » en Afrique centrale à partir des années 1950. FRANCO LUAMBO est celui qui, après une formation en guitare auprès d’un compatriote, entre dans le monde de la musique en 1956 en fondant avec Jean Serge Essous de Brazzaville, l’orchestre Tout-puissant Ok Jazz (T. P. Ok  Jazz).

En 33 ans de carrière, Franco va s’affirmer et s’imposer sur l‘échiquier musical de son pays et de son continent. Grâce notamment à une œuvre consacrée à la peinture (un peu à la Molière) d’une société kinoise et donc africaine ayant des traits de caractère comme le commérage, l’arrogance et la corruption de l‘élite au point ou des analystes finiront par l’appeler « Grand maître » de la rumba

À partir de 1989, bien de grandes figures zaïroises de la rumba vont commencer à tirer leur révérence. Monza 1er et M’Pongo Love meurent en 1990. Ils seront suivis d’autres comme Strevos Niarcos en 1995. Et trois ans plus tard, c’est un autre baobab qui tombe en décembre 1998. « Les mélomanes se souviennent que les années 80 et 90 furent les années noires pour les artistes congolais dont les décès s‘étaient succédés à un rythme effrayant », écrira en mars 2014, le site congolais mbokamosika.com.

Mais que reste-t-il de la rumba, 30 ans après la mort de son « grand maître » Franco et de plusieurs de ses pionniers ? Si elle peut encore compter sur des cadors encore en vie dont Koffi Olomidé, JB Mpiana et Werrason, c’est une rumba visiblement dépassée par la concurrence que lui imposent des genres musicaux venus de l’extérieur.

À l’instar du coupé-décalé ivoirien qui dicte désormais sa loi sur le continent depuis le début des années 2000 sous l’impulsion Douk Saga et de son roi DJ Arafat décédé en août dernier. nous gardons espoir de revivre la rumba des annéesQUE 80 et 90 avec cette nouvelle génération talentueuse du fleuve Congo.

 

KENNEDY1.jpgFrancois Mbome

Publié dans Actu, Foire & Exposition, International

Exposition Universelle De 2020 A Dubai : Pavillon De La France

L’architecture, son contenu et les concepteurs ont été révélés ce mardi. Spectaculaire sans être trop ostentatoire, le projet a pour but de porter haut et fort notre savoir-faire. D’où l’idée d’une coquille protectrice couverte de tuiles solaires comme un paysage de Monet qui rend le bâtiment à 80 % autosuffisant.

Le compte à rebours de l’Exposition universelle a commencé! La dernière avait eu lieu à Milan en 2015, la prochaine se tiendra à Osaka en 2025. Pour 2020, c’est Dubaï, hub géographique et stratégique, qui l’a emporté, avec toutes les retombées économiques que cela comporte. Et plus de 25 millions de visiteurs attendus, sachant que l’an passé, la ville a accueilli 16 millions de touristes. Elle tient la deuxième place mondiale en termes de foires et salons d’affaires après Paris.

Parmi les 190 pays participants, certains ont déjà annoncé la couleur. La France l’a fait mardi matin, au ministère de la Transition écologique, en présence de la secrétaire Brune Poirson et d’Erik Linquier, commissaire générale pour la France et président de Cofrex. Le projet de notre futur pavillon prendra forme sur un immense territoire, 438 hectares, sur la route d’Abu Dhabi, à une trentaine de minutes du centre des affaires de Dubaï, près du futur nouvel aéroport international Al Maktoum. Une ligne de métro est en construction pour desservir le site.

Une Exposition universelle est faite pour mettre en avant une vision audacieuse du monde de demain. «La France a choisi parmi les trois sections proposées, celle de la mobilité, pour montrer comment on repense un modèle urbain attractif pour les habitants, comment on utilise les potentialités du numérique pour concevoir des services de mobilité centrés sur l’usager, comment on développe les domaines de l’énergie, du climat et de l’environnement» a expliqué Erik Linquier.

Un paysage impressionniste au milieu du désert

Dans chaque section ayant la forme d’un pétale (les autres sont durabilité et opportunité), il y a un bâtiment phare commandé à un architecte de renom par Dubaï. «Celui de Norman Foster sera juste de l’autre côté du Pavillon français qui se doit d’être à la hauteur» a-t-il ajouté. Ce n’est pas un, mais plusieurs architectes – l’Atelier du Prado et Celnikier &Grabli Architectes – qui ont été retenus pour construire le Pavillon Français (5.100 m2 de superficie construite), avec une pose de la première pierre dans le courant du deuxième trimestre 2019. Le chantier durera 14 mois, de mai 2019 à juin 2020.

L’équipe a mené une réflexion collégiale. «Portant les valeurs de la France, le Pavillon reflète notre savoir-faire industriel, son dynamisme économique mais aussi une forme de savoir-vivre à la française, avec tout ce que cela évoque, de la gastronomie, à la science, en passant par la mode et la culture» a précisé Jacob Celnikier. À l’évidence, il doit incarner la vitrine de la France à l’étranger. Tous sont tombés d’accord sur l’idée qu’il fallait que ce Pavillon français s’élève dans le ciel, au-dessus des ombrières (structures couvrant les allées menant aux différents pavillons), soit à plus de douze mètres. D’où l’allure très aérienne du bâtiment campé sur d’immenses pylônes et couvert par son grand toit terrasse offrant une vue unique sur tout le site.

Un pavillon pour une nation est l’occasion de montrer ce qu’elle est capable de faire et d’être à la hauteur des enjeux. «Pour nous, il s’agit de tenir la comparaison avec un bâtiment exemplaire portant les valeurs que nous voulons défendre et les messages que nous voulons faire passer» a insisté Erik Linquier. L’audace face au défi du climat en est un. Les architectes ont planché sur la manière de contrôler les apports solaires en concevant une enveloppe très isolante et étanche. D’où l’idée de cette coquille protectrice couverte de tuiles solaires (invention de Saint-Gobain) formant comme un paysage impressionniste à Giverny (Les Nymphéas de Monet sont une de nos fiertés françaises!) et exploitant la lumière pour produire de l’énergie photo électrique.

Près de 30 millions pour la création du bâtiment

Plus de 80% de l’énergie consommée par le Pavillon France sera produite par le soleil. Un jardin de 1160 m2 sera aussi planté en quatre squares à la française – un exploit technique dans une ville désertique – pour permettre au visiteur d’attendre dans le frais. On sait que la moyenne est de 2h30 avant de pouvoir pénétrer dans les lieux, pour une visite durant généralement quinze minutes. «Celle-ci doit être concise et fluide», ont insisté les architectes.

Le thème de la mobilité a naturellement engendré un travail sur la lumière. À l’extérieur comme à l’intérieur. C’est Jean-Marie Priol de l’agence Snaik (avec laquelle collabore Yann Kersalé) qui est en charge de la scénographie. Trois salles changent de couleur avec le flux de visiteurs. Ces derniers repartent avec le plein d’images sur la France. Et dehors, la façade et le dessous du dais feront l’objet d’animations lumineuses grâce à des leds intégrées dans le bâtiment et des rétroprojections émises depuis le sol. Le coût du bâtiment, entièrement démontable, est de 14 millions d’euros. Mais s’élève à près du double si l’on compte tout l’ensemble, une partie du financement venant de l’État français et le reste de sponsors et entreprises privées. Pour l’amortir, il faut tenter de le revendre..

 

Francois MBOME

Publié dans Actu, cinéma, International

Once Upon A Time In Hollywood De Leo Dicaprio En Affiche

La bande-annonce du nouveau Tarantino avec Margot Robbie et Brad Pitt devrait être dévoilée dans la semaine.

Once Upon a Time in Hollywood s’affiche enfin et l’esthétique est résolument seventies. Le neuvième film de Quentin Tarantino a eu droit a son premier poster, dévoilé par Leonardo DiCaprio lui-même . On y voit l’acteur de Titanic, vêtu de son plus beau cuir, aux côtés d’un Brad Pitt au look old-school, entre chemise hawaïenne jaune (assortie à la voiture) et imposant ceinturon. Les deux comparses jouent le rôle de Rick Dalton (Leo DiCaprio), un acteur de western sur le déclin, et de sa doublure Cliff Booth (Brad Pitt). Mis à l’écart par une industrie en perpétuel mouvement, ces « acteurs d’hier » vont tenter de relancer leur carrière sur le grand écran, tout en observant le tournant historique de l’année 1969.vf_once_upon_a_time_in_hollywood_main_3124.jpeg_north_1323x718_transparent.jpg

Le nouveau film de « QT » traitera aussi de l’assassinat de Sharon Tate (jouée par Margot Robbie), alors compagne de Roman Polanski, par la bande du criminel sataniste Charles Manson. Bien qu’alléchante, cette première mise en bouche nous laisse un peu sur notre faim. Ni Margot Robbie, ni Al Pacino, censés tenir une place importante dans ce kaléiodoscope hollywoodien, ne figurent sur une affiche plutôt vide au demeurant. Pour les entrevoir, il faudra s’en remettre au trailer qui devrait filtrer plus tard dans la semaine. Once Upon a Time in Hollywoodsortira en France le 14 août prochain.

Publié dans Actu, Afrique, Culture

A Chez Nous Pays : Finale De La 7e Edition Du Concours De Danses Traditionnelle

Après la finale 2018 du concours de danses traditionnelles « A chez nous pays », Eric Sekongo remet le couvert cette année.

Pour cette 7e édition du concours qui réunit de nombreux rythmes traditionnel en cote d’ivoire c’est le complexe sportif de la commune d’Abobo qui abritera cette compétition pendant deux jours.

En effet, depuis près d’une décennie, le journaliste et présentateur de la RTI, Eric Sekongo, a mis sur pied le concours « A Chez Nous Pays ». Un concours de danses traditionnelles pour la revalorisation de notre patrimoine culturel. Après la Côte d’Ivoire où il a sillonné de nombreuses régions pour la valorisation de nos danses traditionnelles, il s’est, depuis maintenant trois éditions, ouvert sur l’extérieur à travers la la sous-région ouest-africaine.

L’année dernière, la Sierra-Léone a été le pays lauréat de ce concours grâce à la danse «Sandi Loli ». Pour la finale de cette année 2019, place aux représentants de la Côte d’Ivoire, du Bénin, Togo, Burkina Faso, Mali, Sierra-Leone et Guinée.

Outre les pays en compétitions, de nombreux artistes locaux de renom animeront cette édition 2019 qui s’étendra sur deux jours.

Les Leaders, Magic Diezel, Francky Dicaprio, Bamba Ami Sarah, Willy Dumbo, DJ Venome, EnK2K, Lyrics G et bien d’autres meubleront la première journée du vendredi 29 mars.

Le lendemain 30 mars, ce sera une soirée typiquement féminine avec de grosses pointures telles que Hawa Boussim du Burkina Faso, Sidonie La Tigresse, l’orchestre féminin Bella Mundo et Affou Kéita de Côte d’Ivoire.

Notons que cette édition est co-présidée par les ministres Maurice Kouakou Bandaman de la Culture et Siandou Fofana du Tourisme et des Loisirs.

Après le Maroc comme pays invité d’honneur l’année dernière, c’est au tour du Royaume d’Espagne à cette 7e édition de « A Chez nous pays ». Ce sera donc chaud les 29 et 30 mars prochains au complexe sportif d’Abobo.

 

Eloundou Brigithe

Publié dans Actu, International, Musique

The Cinematic Orchestra De Retour Sur Scène

Fondé il y a deux décennies, le combo électronique anglais formé par Jason Swinscoe se réunit douze ans après leur premier album Ma Fleur, sorti en 2007. À découvrir au Casino de Paris lundi 18 mars.

Il y a quelques semaines, quelle ne fut pas notre surprise de voir apparaître le nom de The Cinematic Orchestra sur nos radars. Au-delà de la satisfaction narcissique d’étaler notre science, il fallait en parler. Car, franchement, avez-vous besoin de nous pour décider d’assister aux grands shows de la variété française ou internationale? En revanche, vous tirer par la manche pour découvrir les gourmandises sonores aux saveurs désarmantes d’un certain Jason Swinscoe, DJ fondateur de The Cinematic Orchestra, voilà qui mérite de mouiller la chemise, de tâtonner dans le dictionnaire et de mobiliser la rhétorique aristotélicienne.

Il a beaucoup été écrit sur ce que le cinéma doit à la musique mais l’influence du septième art dans l’univers musical n’est pas non plus à négliger. La narration en images est devenue un élément essentiel pour certains compositeurs, notamment dans la sphère informelle de la musique électronique contemporaine, du jazz fusion nouvelle vague, de l’ambient, enfin tout ce qui s’éloigne de la structure classique de la chanson (couplet, refrain, etc.). Jason Swinscoe a contribué à imposer cette approche musicale.

Un nouvel album

En s’entourant, en 1999, de musiciens voulant sortir le jazz de voies balisées et en associant les nouveaux outils de la scène électro, sampler, sequencer et synthé, il a façonné une musique actuelle assez vampire, se nourrissant autant d’Ennio Morricone que de Miles Davis ou des BO de Vangelis. Il a fini par composer la musique de L’Homme à la caméra, classique du muet du réalisateur Dziga Vertov, et celle des Ailes pourpres, documentaire sur les flamants roses avec le London Metropolitan Orchestra. C’était il y a dix ans. Depuis, silence radio. Pour son nouvel album To Believe (Ninja Tune), disponible vendredi, et une petite tournée européenne de promotion, la recette de The Cinematic Orchestra s’impose dans son intemporalité même si le monde, lui, a changé. Comme beaucoup de pères de famille, Jason Swinscoe s’en inquiète. S’arrêter, regarder, écouter et sentir lui apparaît comme une urgence. Jouer sa musique reste son arme pour nous convaincre.

Francois MBOME

Publié dans Actu, cinéma, International

Bane Débarque Et Explose Tout Dans Ce Superbe Trailer De La Suite De Gotham

Le vilain emblématique de DC est prêt à briser tout le monde.

Il arrive, et ça va faire mal ! Pour célébrer l’entrée en scène du terrifiant Bane, le fameux vilain de DC, la chaîne américaine Fox a mis en ligne une très longue bande-annonce, de 3 minutes, qui promet du très, très lourd, pour la fin de Gotham 

La vidéo nous rappelle d’abord comment Eduardo (Shane West) va devenir le monstre que tout le monde connaît. Et elle dévoile ensuite comment Bane va d’abord fracasser Alfred, avant de s’en prendre à Selina. Bruce va alors essayer de s’interposer et Gotham rejouera alors, à sa façon, la fameuse scène culte des comics Batmandans lesquels Bane brise le dos du Dark Knight… Comment s’en sortira le jeune Bruce ici ?

A suivre dans « I am Bane », l’épisode 10 de la saison 5 de Gotham, à voir le 21 mars prochain sur la Fox et en France sur MyTf1 VOD.6dabad2bf1dab20fc05d6c40b5191af8

 

Francois Mbome

KENNEDY4[1]

Publié dans Actu, festival, International

Didiga Festival 2019 Une Célébration De La Culture Et Des Traditions

Le mardi 12 mars dernier, l’espace CNRTO sis à Cocody a abrité la cérémonie de lancement de la troisième édition du Didiga Festival. Une grand-messe de l’expression culturelle par le chant et la parole qui va se tenir du 28 au 31 mars prochain, à Yacolidabouo, dans le département de Soubré.

Une cérémonie qui a eu lieu en présence de plusieurs personnalités des arts et de la culture.

A cette occasion, le Professeur Koléa Paulin Zigui, le conférencier du jour, a rappelé la signification du Didiga qui est « l’art de l’impensable et la mise en scène de l’impensable », avant d’affirmer que ce festival entend rendre hommage au savant homme de Lettres qu’était Bernard Zadi Zaourou, en célébrant les oralités qu’il a toujours défendues.

avant de dévoiler la thématique du Didiga Festival 2019 qui consiste à s’engager sur le chemin de la pédagogie et de la préservation indispensable de l’environnement en général, et de la forêt en particulier. « Nous sommes unanimes pour reconnaitre que la forêt ivoirienne a perdu plus de 80% de sa superficie de 1960 à ce jour. Il faut agir. Chacun à sa place pour sauvegarder ce qui peut l’être encore. C’est une exigence pour tous, car nos économies de pays en voie de développement restent très dépendantes de l’équilibre environnemental ». A-t-il confié.

Puis de lancer un appel à la mobilisation : « Allez, écrivez, dites et faites voir et savoir que le Didiga Festival continue sa marche, qu’il célèbre l’oralité et qu’il prône le développement car c’est ça, sa marque de fabrique. Écrivez, dites et faites savoir aussi que Paco Séry retourne au village ».

Porté par son thème qui est « Forêt ivoirienne : défis et perspectives climatiques », le Didiga Festival se veut la valorisation de la danse, la case des contes, les concerts, la célébration du développement de proximité par la visite des infrastructures structurelles de développement réalisées selon la vision du Président Marcel Zadi Kessy et la célébration de la science et du savoir, pour les activités traditionnelles reconduites.

En ce qui concerne les innovations de l’édition 2019 du Didiga Festival, il va avoir un atelier sur l’oralité, la formation des chefs traditionnels sur le développement de proximité et le « Didiga village ».

Ce sont là, entre autres, des activités qui vont meubler le Didiga Festival 2019.

L’invité d’honneur de cette édition est le batteur ivoirien mondialement reconnu, Paco Séry. Il va avoir à ses côtés d’autres artistes aussi connus tels que Yabongo Lova, Magic Diesel et Binda N’Guzolo, un conteur camerounais de stature mondiale.

Pour cette édition de 2019, ce sont plus de 15.000 festivaliers qui sont attendus à Yacolidabouo.D3S_1422-604x270

 

 Francois MBOME

KENNEDY4[1]

Publié dans Actu, cinéma, International

Retrouvez La Star De Game Of Throne Dans Ma Vie Avec John F. Donavan

 La star de Game of Thrones campe dans le premier film en anglais de Xavier Dolan, une star de la télévision oppressée par la gloire. Toute ressemblance avec la réalité n’est pas si fortuite.

Xavier Dolan m’a contacté après avoir vu une séance photos que j’avais faite pour le magazine Esquire. Pour lui, je ressemblais exactement à l’image qu’il se faisait du personnage», nous expliquait, fin février, lors de son passage à Paris, Kit Harington. Un peu fébrile, gêné par un début de rhume. L’égérie de Game of Thrones est la vedette tutélaire de Ma vie avec John F. Donovan, premier film en anglais du réalisateur québécois, récit croisé, tantôt pop, tantôt romanesque, touchant et bavard, de la relation épistolaire entre la star d’une série américaine pour ados et un écolier anglais dans les années 2000.

acteur acculé par une gloire soudaine, alors qu’il cache son homosexualité, Kit Harington fend l’armure et libère ses émotions. Vulnérable, le Britannique de 32 ans tourne le dos aux guerriers moroses, stoïques et tourmentés qui jalonnent sa jeune filmographie, de Game of Thrones à Pompéi en passant par Souvenirs de jeunesse. «Incarner un acteur, animer un récit qui englobe toute une vie sont des opportunités rares. Les similarités entre John et moi m’ont vraiment touché», reconnaît le comédien. Fils d’un homme d’affaires et d’une dramaturge, il a débuté au théâtre à 21 ans dans Cheval de guerre avant, deux ans plus tard, de décrocher son premier rôle face caméra dans la saga de HBO.

«Vous ressentez la profonde tristesse qui l’habite, la tragédie qui le guette et ce, même s’il dévoile un visage antipathique. John Donovan est une âme perdue. Il doit projeter une image qui correspond à sa réputation d’idole. Être une coqueluche, je sais très bien ce que ça représente», note Kit Harington. Difficile de ne pas voir dans le portrait de Xavier Dolan une mise en abyme de la surmédiatisation le visant depuis Game of Thrones. À la bouclette près, Kit Harington apparaît sur le grand écran comme il est sur le petit. Il l’avoue: il s’est inspiré de sa trajectoire fulgurante. Pas besoin d’autre source d’inspiration. «Ma vie avec John F. Donovan était un film intéressant à faire au milieu de Game of Thrones. Ce récit d’ego et d’hybris me parle, de même que passer son temps, isolé, dans des chambres d’hôtel.»

Ma vie avec John F. Donovan, qui a connu un tournage et un montage douloureux, étalés sur plus de deux ans, avant de recevoir une réception glaciale au Festival international de Toronto, interroge «sur la manière dont le public perçoit un acteur au fil des rôles qu’il choisit». «Cette croyance en une existence parfaite pousse les gens à devenir des rock stars. Persuadés que cette vie est bien plus agréable que la leur. Que se passe-t-il quand on croit trop à ses fantasmes?», souligne Kit Harington.

Contrairement à Xavier Dolan, qui écrivit à Leonardo DiCaprio après avoir vu Titanic, Kit Harington n’a jamais été tenté par une correspondance avec ses stars fétiches. Même s’il ne ratait pas un épisode de Buffy contre les vampires et se coiffait comme un de ses héros suceurs de sang. La fin attendue de Game of Thrones pour mai prochain l’emplit «de soulagement et de crainte». En attendant de «célébrer l’achèvement d’une décennie de travail d’équipe», Kit Harington est revenu à ses premières amours, les planches. À Londres, dans une reprise de L’Ouest, le vrai, de Sam Shepard.

 

KENNEDY4[1] Francois MBOME