Publié dans Actu, Afrique, Cinema, International

La Réalisatrice Amina Weira Du Niger Est Sur La Toile Avec « La Colère Dans Le Vent»

« C’est le cinéma qui m’a choisi, je ne l’ai pas choisi. Apparemment nous faisons bon ménage »Amina Weira est une jeune réa­li­sa­trice nigé­rienne. Elle avait d’abord caressé l’espoir d’être un jour géo­lo­gue avant de se lais­ser happer par la pas­sion du cinéma. Après des études en mon­tage et en réa­li­sa­tion docu­men­taire de créa­tion au Niger et au Sénegal l’ Un de ses films « La colère dans le vent » l’a sorti de l’ombre

Après avoir décro­ché mon bac­ca­lau­réat, Je vou­lais étudier la géo­lo­gie. J’ai donc pos­tulé à l’Ecole des Mines et de la Géologie (EMIG) de Niamey au Niger. Je n’avais mal­heu­reu­se­ment pas été rete­nue. Je me suis par la suite ins­crite à l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC) dans la filière tech­nico-artis­ti­que, sec­tion mon­tage. Par la suite, l’IFTIC a ouvert un master en réa­li­sa­tion docu­men­taire de créa­tion. Je me suis dit pour­quoi ne pas faire la réa­li­sa­tion car nos for­ma­teurs ont l’habi­tude de nous dire qu’un bon mon­teur doit être un bon réa­li­sa­teur et du coup je me suis dit que je vais faire de la réa­li­sa­tion pour com­plé­ter ma for­ma­tion en mon­tage

Après mon master 2 j’étais sortie également avec un projet de film moyen métrage. Après ça j’ai eu la chance d’assis­ter à un pitch de Africa Docs j’ai eu la chance de trou­ver des pro­duc­teurs. Généralement mes thèmes ont tou­jours un lien avec l’envi­ron­ne­ment. J’ai eu à faire trois courts métra­ges, les deux trai­tent de l’envi­ron­ne­ment, de la nature « La colère dans le vent (2016) ». Ce film traite des consé­quen­ces envi­ron­ne­men­ta­les et sani­tai­res dans la ville d’Arlit au Niger, une ville dans laquelle j’ai grandi. Pourquoi des thèmes liés à l’envi­ron­ne­ment ? Parce que j’ai des ori­gi­nes noma­des et pour moi la nature et l’envi­ron­ne­ment sont des choses impor­tan­tes qu’il faut pré­ser­ver.

En ce moment j’ai un projet d’un docu­men­taire  sur la migra­tion au niveau de la ville d’Agadez. A tra­vers ce film j’aime­rai mettre en exer­gue l’appli­ca­tion de la Loi contre le trafic des migrants.

 

KENNEDY4[1] Francois MBOME

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s